De l'utilité des bourses d'échanges

Expérience relatée par : Christian Servais

Nous sommes souvent confrontés, au club, mais je suppose que c'est identique partout ailleurs, au problème suivant : "J'ai acheté une plante dans une grande surface X, puis les fleurs ont rapidement fané, puis quelques semaines plus tard, ma plante était morte. Pourquoi ?"

Nous sommes d'avis, au CAWO, qu'il vaut mieux acheter ses plantes chez des petits producteurs locaux (il y a déjà quelques bonnes adresses sur ce site). En effet, ceux-ci, à de rares exceptions près, ne font pas de la production en masse, dopée et élevée dans des conditions idéales, qui conduisent souvent à la perte de ces plantes, une fois sorties de leur "cocon" hollandais et arrivées chez vous après un passage, souvent périlleux, par une grande surface ou des fleuristes.


Ces derniers, loin de moi l'idée de les en blâmer, font tout ce qu'ils peuvent, eux, pour vendre des plantes de qualité, mais leur formation ne leur a rien appris sur les orchidées si bien que, bien souvent, ils s'en remettent à nous pour glaner de ci de là des renseignements concernant la culture des orchidées (histoire maintes fois vécue !).

Or donc, et pour en revenir au sujet qui nous intéresse, pourquoi mettre sur pied une bourse d'échanges ?
Au vu de ce qui précède, c'est tout bonnement logique ! Les plantes qu'on trouve dans les bourses d'échanges (la nôtre, ou celles des autres clubs, c'est kif kif !) sont adaptées à des conditions radicalement différentes des serres de production hollandaises, il y a donc nettement plus de chances que ces plantes s'adaptent en très peu de temps chez vous. Ou moins de risques qu'elles ne dépérissent ! J'ai pu moi-même m'en rendre compte plus d'une fois, mais je constate que, quelle que soit l'espèce ou le genre, je réussis en général bien mieux les plantes acquises (ou échangées) lors des bourses que celles achetées aux expos ou lors de visites.

Dès lors, non seulement nous vous invitons à participer à ces bourses, mais nous vous invitons également à y participer en tant que "échangeurs" de divisions de vos plantes. Et vous verrez le monde orchidophile tout autrement !

 



Réagir


CAPTCHA