Paramètres de culture

Nous l'avons vu dans les bases de culture, pour cultiver des orchidées, il faut tenir compte de différents paramètres vitaux : eau, aération, lumière, température, nourriture et habitat. Chacun de ces paramètres peut être pris isolément mais, seul, il n'est pas suffisant pour permettre à une orchidée (et n'importe quelle plante d'ailleurs) de pousser ! Dès lors, c'est dans leur globalité qu'il faut considérer ces élements, ils interagissent tous entre eux. C'est bon à savoir...

 

Nous allons maintenant analyser l'impact que chacun de ces élements ont sur nos plantes.

L'eau est essentielle à toute vie, c'est elle qui est à la base de tout sur notre Terre. Les orchidées n'échappent à cette règle, d'autant que la majorité de celles que l'on cultive proviennent de régions où la quantité annuelle des précipitations est souvent largement supérieure à celles que nous connaissons sous nos latitudes... Ce sont essentiellement les racines qui absorbent l'eau, les feuilles, quant à elles, par leur respiration, absorbent de la vapeur d'eau. Ces mêmes feuilles en évacuent lors de la transpiration, tout comme nous ! Elle est nécessaire à la rigidité des plantes : en remplissant les cellules constitutives des plantes. Une plante en manque d'eau est molle, perd sa forme, se recroqueville et quelquefois change même de couleur. Le minimum vital d'eau est propre à chaque plante, mais la perte, même de quelques pourcents seulement, peut lui être fatale !!! Les orchidées ont développé quantité de stratégies pour pallier le manque d'eau inhérent au biotope, à la saison, à l'environnement, etc. Pour beaucoup, il s'agit des pseudobulbes qui sont de véritables silos à eau et à éléments nutritfs. Pour d'autres, il s'agit des feuilles, épaisses et coriaces, comme celles des Cattleya ou des Phalaenopsis. Les racines de quelques genres ou espèces (les Barkeria par exemple) participent de la même adaptation. Ces organes de réserve jouent un rôle essentiel dans la vie des plantes. Si un Cattleya ou un Phalaenopsis perd ses feuilles, par exemple, sa survie même est menacée. L'hydratation d'une plante doit donc être bien surveillée.

 

L'aération permet la respiration, favorise la transpiration, la dispersion des polluants... ou des graines, l'assèchement des plantes après une nuit humide ou une forte averse, diminue le risque d'installation de certaines maladies, empêche le confinement, augmente le déssèchement, ... On le voit, l'aération a une influence sur de nombreux aspects de la culture de ces plantes. En tout état de cause, il faut éviter le confinement, il est la porte ouverte à tous les problèmes (apparition de maladies, augmentation trop importante de l'humidité, ...). A contrario, il vaut mieux éviter les courants d'air, surtout en hiver, le choc thermique qui en résulte risque d'abimer les plantes, et surtout les fleurs et les boutons floraux, particulièrement sensibles aux différences de température. En été, par une chaude journée, l'aération permet de rafraîchir les plantes qui, sinon, risquent de tomber en léthargie... Car les orchidées ont, chacune, un niveau de tolérance à la température : trop chaud ou trop froid, leur métabolisme se met quasi à l'arrêt. Si cette situation perdure, des lésions, quelquefois irréversibles, peuvent apparaître. Dans la nature, il pleut souvent la nuit, le vent permet aux plantes de sécher et l'évaporation de cette eau abaisse localement la température, ce qui est fort utile sous ces latitudes... Chez vous, quand vous arrosez, il arrive toujours que de l'eau tombe sur une partie de plante. Si elle ne s'évapore pas rapidement, les spores des champignons (toujours présents dans l'atmosphère) ne tarderont pas à s'installer dans cette eau, puis pénétrer dans la plante, avant de se développer et affaiblir la plante... ouvrant ainsi la porte aux autres ravageurs que sont les bactéries ou d'autres champignons plus agressifs. Il est donc important que l'eau disparaisse rapidement de la surface de vos plantes. D'un autre côté, l'aération, en favorisant l'évaporation, augmente également le déssèchement des végétaux... Il faut en tenir compte lors de l'utilisation d'un ventilateur et pour l'installation de celui-ci : en effet, il ne faut pas le placer trop près des plantes ni le faire fonctionner trop fort pour éviter la casse des hampes florales par exemple.

 

Tous les végétaux ont besoin de lumière, elle leur permet de réaliser la photosynthèse, qui est l'utilisation de l'énergie solaire pour transformer l'eau, les minéraux, ... en éléments nutritifs assimilables par la plante. Une plante qui reçoit peu de lumière pousse peu, une qui en reçoit trop.... brûle ! Chaque espèce a ses propres besoins en lumière, il peut d'ailleurs y avoir d'énormes différences au sein d'un même genre. La longueur d'onde joue également un rôle : en montagne, à haute altitude, là où la couche d'air est moins importante, la quantité d'ultraviolets est supérieure et conduit le plus souvent à la nanification des plantes (cfr. les plantes alpines dites 'de rocaille'). La quantité de lumière joue également un rôle dans la coloration des plantes et des fleurs. Un Miltonia qui reçoit trop de lumière va rougir. Si on place une plante à l'ombre et une semblable à une lumière vive, les fleurs de la seconde seront généralement nettement plus colorées que celles de la première. Sous les Tropiques, la quantité journalière et annuelle de lumière reçue varie peu, entre 11 et 14 heures par jour. Chez nous, on est loin du compte. Avec un maximum de 8 heures en décembre et de 16h30 en juin, la quantité de lumière est très variable. C'est notamment à la mauvaise saison que les orchidées manquent cruellement de lumière. La solution est évidemment un apport de lumière artificielle que l'on peut coupler à un programmateur pour apporter un minimum de 12 heures de lumière par jour. L'apparition récente des LEDs permet de diminuer la consommation électrique (et donc le coût d'utilisation) et aussi l'échauffement provoqués par les anciennes lampes à incandescence. De plus, il y a fort à parier que le développement futur de ces lampes LEDs diminuera, d'une part, leur coût (encore assez élevé) et, d'autre part, augmentera leur efficacité.

 

Les ancêtres des Phalaenopsis vivaient dans les régions tropicales où les températures sont généralaement élevées et peu variables l'année durant. Il faut donc leur éviter les températures trop basses (- de 14°C par ex.) et des variations trop importantes. Mais vous savez que les Phalaenopsis sont loin d'être les seules orchidées cultivées (et c'est tant mieux) et il faut savoir que, même parmi les espèces d'origine tropicale, beaucoup proviennent de régions montagneuses où elles subissent l'influence de saisons bien marquées et où l'altitude joue également un rôle. Ainsi, certains Dendrobium, Pleione, Masdevallia, Pleurothallis, Cattleya même, connaissent une alternance de saisons 'chaudes' et de saisons dite 'froides'. Cette alternance étant même quelquefois vitale pour la santé de la plante. En général d'ailleurs, la saison dite 'froide' permet à la plante de se reposer pour préparer la bonne saison suivante.



Les réactions

Avatar Francesco ARLIA

Bonjour,
J'aimerais savoir à propos des orchidées s'il existe des bulbes ou autre chose à planter pour obtenir une plante "orchidée". Merci d'avance pour la réponse.

Le 07-06-2015 à 16:14:55

Avatar Francesco ARLIA

Bonjour,
J'aimerais savoir à propos des orchidées s'il existe des bulbes ou autre chose à planter pour obtenir une plante "orchidée". Merci d'avance pour la réponse.

Le 07-06-2015 à 16:15:08

Avatar Francesco ARLIA

Bonjour,
J'aimerais savoir à propos des orchidées s'il existe des bulbes ou autre chose à planter pour obtenir une plante "orchidée". Merci d'avance pour la réponse.

Le 07-06-2015 à 16:15:30

Avatar Philippe WILMOTTE

Monsieur Arlia,
A l'exception de certains producteurs et des laboratoires qui font des manipulations, il n'existe pas de graines ni de bulbe à planter pour obtenir comme vous dites un plante "orchidée".
A notre niveau, il faut acheter la plante.

Le 18-06-2015 à 14:22:42

Avatar Florence MICHEL

Euh excusez moi, mais certaine orchidées sont vendues sous fomre de "bulbe" la Pléione Formosa par exemple

Le 21-06-2015 à 12:58:22

Avatar Wilmotte Philippe

Ces sont en fait des pseudobulbes qui sont des réserves d’eau. Ce ne sont pas en réalités des bulbes que l’on plante.
Bien à vous.

Le 21-06-2015 à 14:39:16

Avatar Philippe WILMOTTE

Je vous prie de m’excuser pour la réponse que je vous ai faites (j’ai confondu pleione avec coelogyne).
En effet les pleiones présentent de petits bulbes. Ce sont des plantes terrestres que l’on trouve dans nos régions qui se multiplient naturellement et dont vous pouvez faire des divisions à condition d’avoir le substrat adapté à la plante.
Mille excuses

Le 22-06-2015 à 15:13:41

Réagir


CAPTCHA