Cymbidium

Qui n’a déjà aperçu, principalement à l’approche des fêtes d’ailleurs, une fleur d’orchidée dans une petite boîte en carton ? On les retrouve aussi dans des montages floraux où leurs grandes fleurs font beaucoup d’effet. Alors, vous connaissez le Cymbidium. Enfin, quand je dis vous le connaissez, c’est une façon de parler parce que, encore une fois, ce n’est qu’une infime partie des variétés de Cymbidium. Ce sont probablement les orchidées les plus anciennement cultivées. Les Chinois, à l’époque de Confucius, les cultivaient déjà ! Ce sont généralement de grandes plantes avec de grandes feuilles en lanières (le plus souvent), arquées ou érigées, coiffant un pseudobulbe quelquefois assez grand, et dont les fleurs apparaissent sur des tiges émergeant de la base du pseudobulbe ou dans la nouvelle pousse, les hampes florales sont érigées ou bien pendantes, et portent de quelques-unes à plus de 40 fleurs.

La taille des plantes, comme celle des fleurs, est assez variable mais la plupart de ces plantes finissent par devenir assez encombrantes. C’est d’ailleurs un des reproches majeurs qu’on peut faire aux Cymbidium, une plante adulte peut facilement avoir un diamètre de 40 cm au niveau du pot, mesurer jusqu’à 200 cm de hauteur et un diamètre de feuilles dépassant les 150 cm !!! Il est clair qu’avec un encombrement pareil les amateurs cultivant les orchidées sur leur appui de fenêtre viendront vite à manquer de place. Cet inconvénient a partiellement été levé avec l’introduction de plantes plus petites et dont les fleurs ont suivi la tendance ! Certaines espèces sont agréablement parfumées (notamment Cymbidium devonianum ou Cym. atropurpureum) et quelques hybrides en résultant ont conservé cette précieuse propriété.
 

Les Cymbidium sont originaires d’une vaste zone allant des deux Corée au Japon, jusqu’aux contreforts himalayens du Myanmar et toute l’Asie du Sud-Est, y compris l’Indonésie et l'Australie. Ils colonisent une grande variété de climats et d’habitats, si bien que leurs conditions de culture seront dictées par leur origine, bien que les hybrides cumulent souvent les qualités des parents et se montrent moins exigeants quant aux conditions culturales. Si on connaît surtout les hybrides à grandes fleurs, il existe également des espèces botaniques à petites fleurs et même au moins une espèce qui est partiellement caduque, le Cymbidium goeringii, de Chine, qui serait presque rustique dans beaucoup de régions d’Europe. Les fleurs sont le plus souvent dans les tons de rose ou blanc, mais on en trouve aussi des vertes, brunes, jaunes, oranges, … Il est à signaler ici que les Chinois, les Coréens et les Japonais vouent un véritable culte à quelques espèces spécifiques de Cymbidium (C. goeringii, C. chinense, C. kanran, …). Pour se rendre compte de la diversité des plantes recherchées là-bas, un petit tour sur le site de Korean Orchids vaut la peine ! Et, quand on voit ces photos, on remarque que quelques cultivars sont vraiment exceptionnels, tant par leurs couleurs que par leur forme, et ce sont des plantes qu’on ne voit quasiment jamais en Europe. C’est bien dommage. Si un producteur lit ces lignes, je ne peux que l’encourager dans cette voie !!! Les Cymbidium sont généralement terrestres, habitant la litière formée par l’accumulation de débris végétaux en sous-bois, mais certains poussent quelquefois sur des rochers et quelques-uns sont épiphytes.



Réagir


CAPTCHA